Un dimanche sur un fil #35

par | Mai 31, 2020

Avant toute chose, j’aimerais te remercier pour tous les commentaires / messages / retours que j’ai eus suite à l’article sur le FBA sur patron jersey sans pinces. Tu me vois ravie qu’il te plaise et encore plus qu’il soit clair !
Je n’avais néanmoins pas calculé qu’avec l’article d’aujourd’hui, ça ferait deux mails deux jours de suite.
A ce propos, si tu es abonnée à mes emails, dis-moi si tu préfères recevoir un mail dès la publication d’un article ou un seul mail récapitulatif par semaine, afin que j’adapte la cadence.

[yop_poll id= »1″]

Si tu n’es pas encore abonnée et que tu souhaites l’être, rendez-vous en bas d’article pour t’inscrire !

Cette semaine, j’ai envie de te partager des photos, des mots, des couleurs, des pensées inspirants que j’ai vues passer sur un fil Instagram.
Te faire découvrir des comptes que j’aime bien également.
Je te laisse les découvrir.

View this post on Instagram

C'est un triste fait. A chaque saison, nous faisons tous le constat de voir des vêtements, illustrations, imprimés originaux conçus par des petites marques pompés sans vergogne par des plus grandes, voire des très très grandes (fast fashion le plus souvent mais aussi par des marques soi-disantes plus humaines et éco-friendly). Alors certes, toute copie sans autorisation de son auteur et sans aucun bénéfice pour lui, est un manque cruel de créativité, d'imagination de la part d'équipes soit disant créatives, elle constitue un mépris sans limite pour ces petites marques qui tentent de se frayer un chemin sur un marché très concurrentiel, et surtout elle capte une grosse partie de leur clientèle en générant un manque à gagner, un manque à se développer, à grandir. Instagram et Pinterest lâchent des images sans cesse. Facile et rapide pour ces grosses structures de pomper, ni vu ni connu, ces créations qui captent si justement l'air du temps ou qui proposent quelque chose de différent et de stimulant. Comme si elles en avaient le droit ou qu'elles étaient au-dessus des lois et des personnes qui se démènent pour nous proposer une mode plus humaine et originale, et qui n'ont pas forcément les moyens et l'énergie de les combattre tel David contre Goliath. A nous, qui achetons, d'être ultra vigilants dans nos paniers. Justement, à nous de nous constituer une veille et des recherches sur les réseaux sociaux précités pour aller à la source, et soutenir ces petites marques adorées et foisonnantes d'idées plutôt que celles qui n'en ont pas. En tant que consommateur c'est usant de voir que encore une fois dans nos choix, nous ne pouvons faire confiance et acheter les yeux fermés, et cette fois ci, on ne parle pas d'écologie, de respect de bonnes conditions de travail, mais de créativité, de beauté et d'idées… Rendons à César, ce qui est à César. A nous de faire la différence. Et en écrivant cela, j'ai une pensée particulière pour le travail de @mathildecabanas @misterk et tant d'autres. Je vous souhaite un très bon week-end. Fanny

A post shared by The_Greenimalist🌿 (@the_greenimalist) on

View this post on Instagram

Le blanc ne me va pas 😳 Ou comment réaliser ce que j'avais toujours su sans jamais pouvoir me faire à cette idée. Parce que, tout le monde le sait voyons, "le blanc va à tout le monde"… . . Eh bien non, le blanc ne va pas à tout le monde ! Vous vous êtes déjà intéressés à la colorimétrie, vous ? Caroline, la fondatrice d'@atodefrance et aussi conseillère en image, m'a gentiment proposé de faire l'analyse de ma colorimétrie, c'est à dire d'identifier les couleurs qui vont me donner bonne mine 🥳 et celles qui vont plutôt me donner un air fatigué 🤒 ! Vous avez le récap de mes couleurs en photos 2 et 3 si ça vous intéresse d'y jeter un œil ! . . Cela faisait très longtemps que je m'intéressais à la colorimétrie parce que j'y voyais un outil essentiel pour construire une garde-robe éthique. D'abord parce que cela permet de tisser un lien direct entre nos vêtements et l'impact qu'ils peuvent avoir sur nos vies. Si on enfile un pull qui ne nous renvoie pas une image positive de nous dans le miroir, on va avoir tendance à se dévaloriser pendant la journée. Revenir à une mode plus consciente et à un dressing plus "sacré" permet de s'éloigner de la tendance et de mettre un peu de singularité et surtout d'identité dans le choix de nos vêtements. Aussi parce que cela permet d'avoir un véritable outil au moment de l'achat et d'éviter la surconsommation : connaître sa colorimétrie permet de ne pas se tromper et ainsi de ne pas participer aux 114€ de vêtements achetés mais jamais portés que l'on retrouve en moyenne dans chaque logement français 🙈 Dans la prochaine lettre à Eliz qui part dans quelques heures, je vous explique les grands principes de la colorimétrie, histoire que vous fassiez vos premiers pas et que soyez capables d'identifier vos profils ! Pour celles et ceux qui ne sont pas encore inscrits, le lien est dans ma bio ou sur le blog ! Ça arrive, à tout à l'heure 😘 . . . . . #colorimetrie #sustainableblogger #fairfashion #modeethique #fairfashionootd #travelgirl #femmetravel #ethicalfashion #slowfashionstyle #sustainablefashion #sustainableoutfit

A post shared by Iznowgood // Céline (@iznowgood_) on

View this post on Instagram

Enough is enough ✊🏻✊🏽✊🏿 Il est difficile de savoir quoi dire, de trouver les mots, quand comme moi on s’indigne d’un système qui en même temps nous privilégie. Je suis blanche et je n’ai jamais vécu le racisme violent et meurtrier dont les journaux regorgent ces derniers jours, mais il me rend malade. Quand je vois ce qu’il se passe aux Etats-Unis, ce qu’il se passe en France et un peu partout, je me sens extrêmement préoccupée, triste et en colère de constater que la peur, l’ignorance et l’intolérance pétrissent encore à ce point nos sociétés. Je ressens aussi un lourd poids sur mes épaules: celui de ma passivité, de mon silence, de toutes les occasions perdues d’écouter, d’essayer de comprendre et connaître ce que vivent les personnes qui ont une vie différente de la mienne. On a beau avoir bon coeur, être quelqu’un de bien, se sentir non raciste: se taire, ne pas écouter l’autre, c’est faire partie du problème. Comme beaucoup de voix qui s’élèvent depuis quelques jours, je veux vous inviter aujourd’hui à utiliser la vôtre pour défendre la justice. N’évitons plus le sujet, regardons-le en face et dénonçons-le. Profitons de cette plateforme si fréquentée pour faire passer le message et nous lever contre le racisme. Personnes racisées, je vous vois, je suis avec vous, et je vais faire de mon mieux pour mieux faire 🤎 #blacklivesmatter #justiceforgeorgefloyd #justiceforahmaud #justiceforbreonnataylor #racisme #racism #violencespolicières #speakup

A post shared by Victoria Arias 🌿 (@mangoandsalt) on

View this post on Instagram

[REGLES] . Nous avons partagé sur Facebook une vidéo de Brut qui mettait en avant une entreprise au Vanuatu @mammaslaef : des femmes qui cousent des serviettes hygiéniques et couches lavables dans un archipel où le ravitaillement en produits du commerce traditionnel se fait parfois attendre . Cette entreprise permet un #empowerment : elle permet aux femmes de travailler, aux personnes réglées d’être libérées du commerce des protections hygiéniques conventionnelles (rares et onéreuses), permet de continuer à travailler en ayant ses règles avec des protections saines, écologiques et économiques, luttant contre la #precaritemenstruelle . Le visionnage de ce reportage nous a rappelé un commentaire d’une amie de notre mère lorsque nous avions publié notre premier article sur les règles au #naturel . En première lecture et aussi certainement pour celles qui l’ont connu, le lavable est vu comme un « retour en arrière » à l’époque pas si lointaine où les protections jetables n’existaient pas . Si on essaie d’écouter son ressenti, on peut effectivement comprendre que cela rajoute à la charge mentale des femmes qui doivent de nouveau laver leurs culottes, cup ou serviettes tous les mois, ce à quoi le jetable est une réponse rapide et « facile » . Mais bien entendu, il existe plusieurs contre arguments à cela : . • les techniques et propositions alternatives ont grandement évolué avec les années : aujourd’hui il existe pléthore d’offres pour tou.t.e.s les âges, les flux, les morphologies… . • est-on plus libre, sans contraintes quand on subit les prix élevés et les compositions douteuses des protections standards qu’en nettoyant son propre flux tous les mois ? C’est un vrai débat ! . Et ce problème se pose dès l’adolescence : éduquer nos filles à percevoir ces alternatives comme étant les seules pouvant leur assurer une protection saine pour leur santé, pour l’environnement et plus économes aussi ! . Il y a de vrais changement à opérer dans le discours pour expliquer aux plus jeunes que laver son sang n’est pas sale, qu’il faut apprendre à écouter son corps . Que pensez-vous de tout ceci ? . 📷 @scommesi . .

A post shared by C. l'air du temps 🍂🍃 (@c.lairdutemps) on

Et toi, qu’as-tu découvert d’inspirant cette semaine ?
Quels sont tes compte Instagram préférés ?

Gardons le contact

Pour suivre l'actualité du blog et recevoir des mails inspirants, abonne-toi !

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
X

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer