Fashion revolution et couture responsable

par | Avr 24, 2018

Cette semaine, c’est la semaine de la Fashion Revolution, l’occasion d’ouvrir le débat, de partager nos visions des choses et de confronter nos définitions de la mode responsable, ou plutôt la couture responsable. C’est en lisant cette publication sur le compte Instagram de chez Machine Patterns, dont je partage l’avis, que j’ai eu envie d’écrire cet article.

Si l’on parle souvent de fast fashion, on pourrait également parler de fastcouture. Quand je vois sur les réseaux sociaux la frénésie parfois générée, ça me fait peur. Coudre pour coudre, passant d’un projet à un autre, n’est pas une fin en soi.

En revanche, on peut coudre pour le plaisir de porter un vêtement cousu main, qui colle à ton style et à ta morphologie.
Pour ralentir.
Pour savourer le choix du tissu.
Et chaque ligne de couture.
Chaque pli.
Chaque ourlet.
C’est un travail minutieux, qui fait travailler tes mains et ton imagination.
En pleine conscience.
Avec émotion.
Et amour aussi.

 

Fashion révolution, qu’est ce que c’est ?

La fashion révolution est un mouvement initié suite à l’effondrement des ateliers de confection textile du Rana Plaza au Bangladesh en 2013, afin de dénoncer les dérives de la fast fashion et demander aux marques plus de transparence.

Cette dernière semaine d’avril, la fashion revolution week, a pour objet de nous faire nous questionner sur notre façon de consommer la mode et de faire découvrir des alternatives durables et éthiques.

Fashion révolution et couture responsable - Avril sur un fil

Aller de l’avant

Si tu couds tes propres vêtements ou que tu tricotes tes pulls, tu vois bien qu’il y a un problème dans l’industrie de la mode. Tu connais le temps le temps que ça demande et le coût des matières premières.

Même si l’industrie textile, tu l’imagines bien, ne paie pas le même prix que nous le mètre de tissu, proposer un tee-shirt à 3 € suppose qu’à l’autre bout du monde, il y a des gens qui travaillent dans des conditions qu’aucun occidental n’accepterait.
On ne peut que déplorer cette fast fashion qui nous fait croire que la dernière petite robe achetée est déjà passée de mode 3 semaines plus tard.

En être conscient est déjà un pas en avant.
Oui.
Je le pense vraiment.

Fashion revolution et Couture responsable - Avril sur un fil

J’ai souvent lu des commentaires ici et là pointant du doigt les imperfections de telle ou telle démarche cherchant à aller vers une mode plus green ou une couture responsable.

Et si à la place de dénigrer les actions de ceux qui s’engagent ou de ne voir que les points sur lesquels notre propre démarche est imparfaite, on mettait en avant les efforts faits et les progrès accomplis ?
Se lancer dans une démarche de mode éthique ou de couture responsable se construit petit à petit.
Pas à pas.
Et c’est en additionnant nos forces et nos actions que l’on changera le monde.

Connais-tu cette parabole amérindienne du colibri qui me parle tant?

 

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

Il est vrai que quelques gouttes d’eau n’éteindront pas un feu de forêt.
Tout comme une garde-robe cousue main ne minimisera pas l’incidence écologique de l’industrie textile à travers le monde. Ou l’achat de quelques mètres de tissu biologique ne réduira pas sa consommation d’eau.

Ces actions ponctuelles ne sont certes pas des révolutions, mais elles ont le mérite d’exister. Un seul colibri ne suffira pas à éteindre l’incendie, mais s’ils sont 100, 1.000, 10.000 ou encore plus ?

 

Ma mode éthique par la couture responsable

Je ne suis pas parfaite, loin de là !
J’achète les vêtements de mes filles chez h&m ou chez zara *et même Jennyfer pour ma grande, mais ça, je ne m’en suis pas encore remise #ouestpassémonbébé *, je ne regarde pas toujours l’étiquette pour en connaitre la provenance ou la composition, j’ai une grosse voiture, je continue à acheter des meubles chez IKEA et des livres sur Amazon.
Mes armoires débordent de tissus qui, pour la plupart, n’ont rien de naturel, de green ou de bio. Beaucoup ont été achetés par impulsion, sans projets précis.
Et veux-tu que l’on parle des patrons achetés et jamais cousus ?
Je n’aurais pas assez d’une vie pour faire naître tous les projets couture que j’ai en tête.

Mes tissus - Avril sur un fil

Pourtant, en éternelle optimiste, je préfère regarder le côté positif de ma démarche, en gardant dans un coin de ma tête les sujets sur lesquels je peux m’améliorer et aller plus loin.

Je n’ai pas acheté de vêtements depuis 2 ans 4 mois et 5 jours.
Je les ai tous cousus, sauf les sous-vêtements. Mon dressing ne déborde plus, une séance de couture est bien moins productive qu’une séance de shopping !

Couture responsable : Robe Moneta de Colette Patterns en tissu bio, encolure et jupe modifiées - Avril sur un fil

Je choisis des tissus qui me paraissent de qualité *on peut toujours se tromper, tu le verras dans ma prochaine vidéo* et je me soucie peu de la temporalité de la mode : si un imprimé me plait, tant pis s’il n’est plus à la mode l’année suivante. De cette façon, je porte mes vêtements cousus mains plusieurs saisons.

En me lançant dans cette démarche, j’ai eu toute une réflexion sur mon rapport à la mode, mon style, les vêtements que j’aime et les coupes qui me vont.
Aujourd’hui, je ne craque plus pour un patron que je trouve canon, mais qu’une fois cousu, je sais que je ne porterai pas. Parce que coudre un vêtement qui finira au fond d’un placard, c’est un peu comme acheter un vêtement qui subira le même sort sans l’essayer, tu ne trouves pas ?
En revanche, je continue d’acheter des patrons à des créatrices, une fois de temps en temps et ce même si je sais que je trouverais facilement l’équivalent dans un de mes magazines. C’est ma façon à moi de les soutenir.

Couture responsable : je continue d'acheter des patrons à des créatrices - Avril sur un fil

Coudre mes propres vêtements est ma réponse à ma recherche d’une mode responsable.
Je ne dis pas que c’est LA réponse et que tout le monde doit se remettre à coudre ses vêtements, loin de là . Tu l’auras compris, l’important, c’est d’avancer.
En pleine conscience.
En devenant consomm•actrices de notre mode.

Comment aller vers une couture responsable ?

Tu te demandes peut-être comment agir pour te lancer dans une démarche de couture responsable ? Voici quelques idées qui pourront t’inspirer.

Où il est question de fashion revolution et couture responsable - Avril sur un fil

  1. Réfléchis ta garde-robe pour avoir des pièces qui s’associent facilement.
  2. Sélectionne les patrons qui correspondent à ta morphologie et à ton style.
  3. Choisis des tissus de qualité, qui durent dans le temps
  4. Privilégie les matières naturelles
  5. Achète des tissus bio.
  6. Arpente les allées des puces de couturières pour trouver tissus, mercerie et patrons.
  7. Use et abuse de la customisation et transforme un vêtement que tu ne portes plus.
  8. Exploite au maximum tes chutes de tissu ! Le #abasleschutes sur Instagram pourra t’inspirer !
  9. Choisis de ne plus acheter de tee-shirts / robes / jupes / vêtements *raye les mentions inutiles* et couds-les !
  10. Diminue ta consommation de tissus. Je sais c’est difficile, mais on va y arriver !

 

Que ta démarche reprenne un ou plusieurs des points suivants, je reste persuadée que chaque effort contribue à aller vers une couture plus éthique et responsable.

Si cet article t’inspire, n’oublie pas d’épingler cette image sur Pinterest !

Une année sans shopping, le bilan

Gardons le contact

Pour suivre l'actualité du blog et recevoir des mails inspirants, abonne-toi !

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Shares
Share This